Free bilingual books

Das Elend der Philosophie
Karl Marx
(1847)

Downloading books is available only for authorized users


Downloading books is available only for authorized users


Downloading books is available only for authorized users

The Poverty of Philosophy Misère de la philosophie
§ I. The Antithesis of Use Value and Exchange Value§ I. Opposition de la valeur d’utilité et de la valeur d’échange
“The capacity for all products, whether natural or industrial, to contribute to man’s subsistence is specifically termed use value; their capacity to be given in exchange for one another, exchange value.... How does use value become exchange value?... The genesis of the idea of (exchange) value has not been noted by economists with sufficient care. It is necessary, therefore, for us to dwell upon it. Since a very large number of the things I need occur in nature only in moderate quantities, or even not at all, I am forced to assist in the production of what I lack. And as I cannot set my hand to so many things, I shall propose to other men, my collaborators in various functions, to cede to me a part of their products in exchange for mine."

(Proudhon, Vol. I, Chap.II)

M. Proudhon undertakes to explain to us first of all the double nature of value, the “distinction in value,” the process by which use value is transformed into exchange value. It is necessary for us to dwell with M. Proudhon upon this act of transubstantiation. The following is how this act is accomplished, according to our author.

A very large number of products are not to be found in nature, they are products of industry. If man’s needs go beyond nature’s spontaneous production, he is forced to have recourse to industrial production. What is this industry in M. Proudhon’s view? What is its origin? A single individual, feeling the need for a very great number of things, “cannot set his hand to so many things.” So many things to produce presuppose at once more than one man’s hand helping to produce them. Now, the moment you postulate more than one hand helping in production, you at once presuppose a whole production based on the division of labour. Thus need, as M. Proudhon presupposes it, itself presupposes the whole division of labour. In presupposing the division of labour, you get exchange, and, consequently, exchange value. One might as well have presupposed exchange value from the very beginning.

But M. Proudhon prefers to go the roundabout way. Let us follow him in all his detours, which always bring him back to his starting point.

In order to emerge from the condition in which everyone produces in isolation and to arrive at exchange, “I turn to my collaborators in various functions,” says M. Proudhon. I, myself, then, have collaborators, all with different function. And yet, for all that, I and all the others, always according to M. Proudhon’s supposition, have got no farther than the solitary and hardly social position of the Robinsons. The collaborators and the various functions, the division of labour and the exchange it implies, are already at hand.

To sum up: I have certain needs which are founded on the division of labour and on exchange. In presupposing these needs, M. Proudhon has thus presupposed exchange, exchange value, the very thing of which he purposes to “note the genesis with more care than other economists.”

M. Proudhon might just as well have inverted the order of things, without in any way affecting the accuracy of his conclusions. To explain exchange value, we must have exchange. To explain exchange, we must have the division of labour. To explain the division of labour, we must have needs which render necessary the division of labour. To explain these needs, we must “presuppose” them, which is not to deny them – contrary to the first axiom in M. Proudhon’s prologue: “To presuppose God is to deny him.” (Prologue, p.1)

How does M. Proudhon, who assumes the division of labour as the known, manage to explain exchange value, which for him is always the unknown?

“A man” sets out to “propose to other men, his collaborators in various functions,” that they establish exchange, and make a distinction between ordinary value and exchange value. In accepting this proposed distinction, the collaborators have left M. Proudhon no other “care” than that of recording the fact, or marking, of “noting” in his treatise on political economy “the genesis of the idea of value.” But he has still to explain to us the “genesis” of this proposal, to tell us finally how this single individual, this Robinson (Crusoe), suddenly had the idea of making “to his collaborators” a proposal of the type known and how these collaborators accepted it without the slightest protest.

M. Proudhon does not enter into these genealogical details. He merely places a sort of historical stamp upon the fact of exchange, by presenting it in the form of a motion, made by a third party, that exchange be established.

That is a sample of the “historical and descriptive method” of M. Proudhon, who professes a superb disdain for the “historical and descriptive methods” of the Adam Smiths and Ricardos.

Exchange has a history of its own. It has passed through different phases. There was a time, as in the Middle Ages, when only the superfluous, the excess of production over consumption, was exchanged.

There was again a time, when not only the superfluous, but all products, all industrial existence, had passed into commerce, when the whole of production depended on exchange. How are we to explain this second phase of exchange – marketable value at its second power?

M. Proudhon would have a reply ready-made: Assume that a man has “proposed to other men, his collaborators in various functions,” to raise marketable value to its second power.

Finally, there came a time when everything that men had considered as inalienable became an object of exchange, of traffic and could be alienated. This is the time when the very things which till then had been communicated, but never exchanged; given, but never sold; acquired, but never bought – virtue, love, conviction, knowledge, conscience, etc. – when everything, in short, passed into commerce. It is the time of general corruption, of universal venality, or, to speak in terms of political economy, the time when everything, moral or physical, having become a marketable value, is brought to the market to be assessed at its truest value.

How, again, can we explain this new and last phase of exchange – marketable value at its third power?

M. Proudhon would have a reply ready-made: Assume that a person has “proposed to other persons, his collaborators in various functions,” to make a marketable value out of virtue, love, etc., to raise exchange value to its third and last power.

We see that M. Proudhon’s “historical and descriptive method" is applicable to everything, it answers everything, explains everything. If it is a question above all of explaining historically “the genesis of an economic idea,” it postulates a man who proposes to other men, “his collaborators in various functions,” that they perform this act of genesis and that is the end of it.

We shall hereafter accept the “genesis” of exchange value as an accomplished act; it now remains only to expound the relation between exchange value and use value. Let us hear what M. Proudhon has to say:

“Economists have very well brought out the double character of value, but what they have not pointed out with the same precision is its contradictory nature; this is where our criticism begins. ...

“It is a small thing to have drawn attention to this surprising contrast between use value and exchange value, in which economists have been wont to see only something very simple: we must show that this alleged simplicity conceals a profound mystery into which it is our duty to penetrate....

“In technical terms, use value and exchange value stand in inverse ratio to each other."

If we have thoroughly grasped M. Proudhon’s thought the following are the four points which he sets out to establish:

1. Use value and exchange value form a “surprising contrast,” they are in opposition to each other.

2. Use value and exchange value are in inverse ratio, in contradiction, to each other.

3. Economists have neither observed nor recognized either the opposition or the contradiction.

4. M. Proudhon’s criticism begins at the end.

We, too, shall begin at the end, and, in order to clear the economists from M. Proudhon’s accusations, we shall let two sufficiently well-known economists speak for themselves.

SISMONDI:

“It is the opposition between use value and exchange value to which commerce has reduced everything, etc.”

(Etudes, Volume II, p.162, Brussels edition)

LAUDERDALE:

“In proportion as the riches of individuals are increased by an augmentation of the value of any commodity, the wealth of the society is generally diminished; and in proportion as the mass of individual riches is diminished, by the diminution of the value of any commodity, its opulence is generally increased.”

(Recherches sur la nature et l’origine de la richesse publique; translated by
Langentie de Lavaisse, Paris 1808 (p.33))

Sismondi founded on the opposition between use value and exchange value his principal doctrine, according to which diminution in revenue is proportional to the increase in production.

Lauderdale founded his system on the inverse ratio of the two kinds of value, and his doctrine was indeed so popular in Ricardo’s time that the latter could speak of it as of something generally known.

“It is through confounding the ideas of value and wealth, or riches that it has been asserted, that by diminishing the quantity of commodities, that is to say, of the necessaries, conveniences, and enjoyments of human life, riches may be increased.”

(Ricardo, Principles de l’économie politique translated by Constancio, annotations by J. B. Say.
Paris 1835; Volume II, chapter Sur la valeur et les richesses)

We have just seen that the economists before M. Proudhon had “drawn attention" to the profound mystery of opposition and contradiction. Let us now see how M. Proudhon explains this mystery after the economists.

The exchange value of a product falls as the supply increases, the demand remaining the same; in other words, the more abundant a product is relatively to the demand, the lower is its exchange value, or price. Vice versa: The weaker the supply relatively to the demand, the higher rises the exchange value or the price of the product supplied: in other words, the greater the scarcity in the products supplied, relatively to the demand, the higher the prices. The exchange value of a product depends upon its abundance or its scarcity; but always in relation to the demand. Take a product that is more than scarce, unique of its kind if you will: this unique product will be more than abundant, it will be superfluous, if there is no demand for it. On the other hand, take a product multiplied into millions, it will always be scarce if it does not satisfy the demand, that is, if there is too great a demand for it.

These are what we should almost call truisms, yet we have had to repeat them here in order to render M. Proudhon’s mysteries comprehensible.

“So that, following up the principle to its ultimate consequences, one would come to the conclusion, the most logical in the world, that the things whose use is indispensable and whose quantity is unlimited should be had for nothing, and those whose utility is nil and whose scarcity is extreme should be of incalculable worth. To cap the difficulty, these extremes are impossible in practice: on the one hand, no human product could ever be unlimited in magnitude; on the other, even the scarcest things must perforce be useful to a certain degree, otherwise they would be quite valueless. Use value and exchange value are thus inexorably bound up with each other, although by their nature they continually tend to be mutually exclusive.”

(Volume I, p. 39)

What caps M. Proudhon’s difficulty? That he has simply forgotten about demand, and that a thing can be scarce or abundant only in so far as it is in demand. The moment he leaves out demand, he identifies exchange value with scarcity and use value with abundance. In reality, in saying that things “whose utility is nil and scarcity extreme are of incalculable worth,” he is simply declaring that exchange value is merely scarcity. “Scarcity extreme and utility nil” means pure scarcity. “Incalculable worth” is the maximum of exchange value, it is pure exchange value. He equates these two terms. Therefore exchange value and scarcity are equivalent terms. In arriving at these alleged “extreme consequences,” M. Proudhon has in fact carried to the extreme, not the things, but the terms which express them, and, in so doing, he shows proficiency in rhetoric rather than in logic. He merely rediscovers his first hypotheses in all their nakedness, when he thinks he has discovered new consequences. Thanks to the same procedure he succeeds in identifying use value with pure abundance.

After having equated exchange value and scarcity, use value and abundance, M. Proudhon is quite astonished not to find use value in scarcity and exchange value, nor exchange value in abundance and use value; and seeing that these extremes are impossible in practice, he can do nothing but believe in mystery. Incalculable worth exists for him, because buyers do not exist, and he will never find any buyers, so long as he leaves out demand.

On the other hand, M. Proudhon’s abundance seems to be something spontaneous. He completely forgets that there are people who produce it, and that it is to their interest never to lose sight of demand. Otherwise, how could M. Proudhon have said that things which are very useful must have a very low price, or even cost nothing? On the contrary, he should have concluded that abundance, the production of very useful things, should be restricted if their price, their exchange value is to be raised.

The old vine-growers of France in petitioning for a law to forbid the planting of new vines; the Dutch in burning Asiatic spices, in uprooting clove trees in the Moluccas, were simply trying to reduce abundance in order to raise exchange value. During the whole of the Middle Ages this same principle was acted upon, in limiting by laws the number of journeymen a single master could employ and the number of implements he could use. (See Anderson, History of Commerce.) (A. Anderson, An Historical and Chronological Deduction of the Origin of Commerce from the Earliest Accounts to the Present Time. First edition appeared in London in 1764. p. 33)

After having represented abundance as use value and scarcity as exchange value – nothing indeed is easier than to prove that abundance and scarcity are in inverse ratio – M. Proudhon identifies use value with supply and exchange value with demand. To make the antithesis even more clear-cut, he substitutes a new term, putting “estimation value” instead of exchange value. The battle has now shifted its ground, and we have on one side utility (use value, supply), on the other side, estimation (exchange value, demand).

Who is to reconcile these two contradictory forces? What is to be done to bring them into harmony with each other? Is it possible to find in them even a single point of comparison?

“Certainly,” cries M. Proudhon, “there is one – free will. The price resulting from this battle between supply and demand, between utility and estimation will not be the expression of eternal justice."

M. Proudhon goes on to develop this antithesis.

“In my capacity as a free buyer, I am judge of my needs, judge of the desirability of an object, judge of the price I am willing to pay for it. On the other hand, in your capacity as a free producer, you are master of the means of execution, and in consequence, you have the power to reduce your expenses."

(Volume I, p. 41)

And as demand, or exchange value, is identical with estimation, M. Proudhon is led to say:

“It is proved that it is man’s free will that gives rise to the opposition between use value and exchange value. How can this opposition be removed, so long as free will exists? And how can the latter be sacrificed without sacrificing mankind?"

(Volume I, p. 41)

Thus there is no possible way out. There is a struggle between two as it were incommensurable powers, between utility and estimation, between the free buyer and the free producer.

Let us look at things a little more closely.

Supply does not represent exclusively utility, demand does not represent exclusively estimation. Does not the demander also supply a certain product or the token representing all products – viz., money; and as supplier, does he not represent, according to M. Proudhon, utility or use value?

Again, does not the supplier also demand a certain product or the token representing all product – viz., money? And does he not thus become the representative of estimation, of estimation value or of exchange value?

Demand is at the same time a supply, supply is at the same time a demand. Thus M. Proudhon’s antithesis, in simply identifying supply and demand, the one with utility, the other with estimation, is based only on a futile abstraction.

What M. Proudhon calls use value is called estimation value by other economists, and with just as much right. We shall quote only Storch (Cours d’economie politique, Paris 1823, pp.48 and 49).

According to him, needs are the things for which we feel the need; values are things to which we attribute value. Most things have value only because they satisfy needs engendered by estimation. The estimation of our needs may change; therefore the utility of things, which expresses only the relation of these things to our needs, may also change. Natural needs themselves are continually changing. Indeed, what could be more varied than the objects which form the staple food of different peoples!

The conflict does not take place between utility and estimation; it takes place between the marketable value demanded by the supplier and the marketable value supplied by the demander. The exchange value of the product is each time the resultant of these contradictory appreciations.

In final analysis, supply and demand bring together production and consumption, but production and consumption based on individual exchanges.

The product supplied is not useful in itself. It is the consumer who determines its utility. And even when its quality of being useful is admitted, it does not exclusively represent utility. In the course of production, it has been exchanged for all the costs of production, such as raw materials, wages of workers, etc., all of which are marketable values. The product, therefore, represents, in the eyes of the producer, a sum total of marketable values. What he supplies is not only a useful object, but also and above all a marketable value.

As to demand, it will only be effective on condition that it has means of exchange at its disposal. These means are themselves products, marketable value.

In supply and demand, then, we find on the one hand a product which has cost marketable values, and the need to sell; on the other, means which have cost marketable values, and the desire to buy.

M. Proudhon opposes the free buyer to the free producer. To the one and to the other he attributes purely metaphysical qualities. It is this that makes him say:

“It is proved that it is man’s free will that gives rise to the opposition between use value and exchange value.”

(Volume I, p. 41)

The producer, the moment he produces in a society founded on the division of labour and on exchange (and that is M. Proudhon’s hypothesis), is forced to sell. M. Proudhon makes the producer master of the means of production; but he will agree with us that his means of production do not depend on free will. Moreover, many of these means of production are products which he gets from the outside, and in modern production he is not even free to produce the amount he wants. The actual degree of development of the productive forces compels him to produce on such or such a scale.

The consumer is no freer than the producer. His judgment depends on his means and his needs. Both of these are determined by his social position, which itself depends on the whole social organisation. True, the worker who buys potatoes and the kept woman who buys lace both follow their respective judgments. But the difference in their judgements is explained by the difference in the positions which they occupy in the world, and which themselves are the product of social organisation.

Is the entire system of needs on estimation or on the whole organisation of production? Most often, needs arise directly from production or from a state of affairs based on production. Thus, to choose another example, does not the need for lawyers suppose a given civil law which is but the expression of a certain development of property, that is to say, of production?

It is not enough for M. Proudhon to have eliminated the elements just mentioned from the relation of supply and demand. He carries abstraction to the furthest limits when he fuses all producers into one single producer, all consumers into one single consumer, and sets up a struggle between these two chimerical personages. But in the real world, things happen otherwise. The competition among the suppliers and the competition among the demanders form a necessary part of the struggle between buyers and sellers, of which marketable value is the result.

After having eliminated competition and the cost of production, M. Proudhon can at his ease reduce the formula of supply and demand to an absurdity.

“Supply and demand,” he says, “are merely two ceremonial forms that serve to bring use value and exchange value face to face, and to lead to their reconciliation. They are the two electric poles which, when connected, must produce the phenomenon of affinity called exchange."

(Volume I, pp.49 and 50)

One might as well say that exchange is merely a “ceremonial form” for introducing the consumer to the object of consumption. One might as well say that all economic relations are “ceremonial forms” serving immediate consumption as go-betweens. Supply and demand are neither more nor less relations of a given production than are individual exchanges.

What, then, does all M. Proudhon’s dialectic consist in? In the substitition for use value and exchange value, for supply and demand, of abstract and contradictory notions like scarcity and abundance, utility and estimation, one producer and one consumer, both of them knights of free will.

And what was he aiming at?

At arranging for himself a means of introducing later on one of the elements he had set aside, the cost of production, as the synthesis of use value and exchange value. And it is thus that in his eyes the cost of production constitutes synthetic value or constituted value.


La capacité qu'ont tous les produits, soit naturels, soit industriels, de servir à la subsistance de l'homme, se nomme particulièrement valeur d'utilité; la capacité qu'ils ont de se donner l'un pour l'autre, valeur en échange... Comment la valeur d’utilité devient-elle valeur en échange ?... La génération de l'idée de la valeur (en échange) n'a pas été notée par les économistes avec assez de soin : il importe de nous y arrêter. Puis donc que, parmi les objets dont j'ai besoin, un très grand nombre ne se trouve dans la nature qu'en une quantité médiocre, ou même ne se trouve pas du tout, je suis forcé d'aider à la production de ce qui me manque, et comme je ne puis mettre la main à tant de choses, je proposerai à d'autres hommes, mes collaborateurs dans des fonctions diverses, de me céder une partie de leurs produits en échange du mien [1].
M. Proudhon se propose de nous expliquer avant tout la double nature de la valeur, la “ distinction dans la valeur ”, le mouvement qui fait de la valeur d'utilité la valeur d'échange. Il importe de nous arrêter avec M. Proudhon à cet acte de transsubstantiation. Voici comment cet acte s'accomplit d'après notre auteur.

Un très grand nombre de produits ne se trouvent pas dans la nature, ils se trouvent au bout de l'industrie. Supposez que les besoins dépassent la production spontanée de la nature, l'homme est forcé de recourir à la production industrielle. Qu'est-ce que cette industrie, dans la supposition de M. Proudhon ? Quelle en est l'origine ? Un seul homme éprouvant le besoin d'un très grand nombre de choses “ ne peut mettre la main à tant de choses ”. Tant de besoins à satisfaire supposent tant de choses à produire - il n'y a pas de produits sans production - tant de choses à produire ne supposent déjà plus la main d'un seul homme aidant à les produire. Or, du moment que vous supposez plus d'une main aidant à la production, vous avez déjà supposé toute une production, basée sur la division du travail. Ainsi le besoin, tel que M. Proudhon le suppose, suppose lui-même toute la division du travail. En supposant la division du travail, vous avez l'échange et conséquemment la valeur d'échange. Autant aurait valu supposer de prime abord la valeur d'échange.

Mais M. Proudhon a mieux aimé faire le tour. Suivons-le dans tous ses détours, pour revenir toujours à son point de départ.

Pour sortir de l'état de choses où chacun produit en solitaire, et pour arriver à l'échange, “ je m'adresse ”, dit M. Proudhon, “ à mes collaborateurs dans des fonctions diverses ”. Donc, moi, j'ai des collaborateurs, qui tous ont des fonctions diverses, sans que pour cela moi et tous les autres, toujours d'après la supposition de M. Proudhon, nous soyons sortis de la position solitaire et peu sociale des Robinson. Les collaborateurs et les fonctions diverses, la division du travail, et l'échange qu'elle implique, sont tout trouvés.

Résumons : j'ai des besoins fondés sur la division du travail et sur l'échange. En supposant ces besoins, M. Proudhon se trouve avoir supposé l'échange, la valeur d'échange, dont il se propose précisément de “ noter la génération avec plus de soin que les autres économistes ”.

M. Proudhon aurait pu tout aussi bien intervertir l'ordre des choses, sans intervertir pour cela la justesse de ses conclusions. Pour expliquer la valeur en échange, il faut l'échange. Pour expliquer l'échange, il faut la division du travail. Pour expliquer la division du travail, il faut des besoins qui nécessitent la division du travail. Pour expliquer ces besoins, il faut les “ supposer ”, ce qui n'est pas les nier, contrairement au premier axiome du prologue de M. Proudhon : “ Supposer Dieu c'est le nier [2]. ”

Comment M. Proudhon, pour lequel la division du travail est supposée connue, s'y prend-il pour expliquer la valeur d'échange, qui pour lui est toujours l'inconnu ?

“ Un homme ” s'en va “ proposer à d'autres hommes, ses collaborateurs dans des fonctions diverses ”, d'établir l'échange et de faire une distinction entre la valeur usuelle et la valeur échangeable. En acceptant cette distinction proposée, les collaborateurs n'ont laissé à M. Proudhon d'autre “ soin ” que de prendre acte du fait, de marquer, “ de noter ” dans son traité d'économie politique la “ génération de l'idée de la valeur ”. Mais il nous doit toujours, à nous, d'expliquer la “ génération ” de cette proposition, de nous dire enfin comment ce seul homme, ce Robinson, a eu tout à coup l'idée de faire “ à ses collaborateurs ” une proposition du genre connu et comment ces collaborateurs l'ont acceptée sans protestation aucune.

M. Proudhon n'entre pas dans ces détails généalogiques. Il donne simplement au fait de l'échange une manière de cachet historique en le présentant sous la forme d'une motion, qu'un tiers aurait faite, tendant à établir l'échange.

Voilà un échantillon de “ la méthode historique et descriptive ” de M. Proudhon, qui professe un dédain superbe pour la “ méthode historique et descriptive ” des Adam Smith et des Ricardo.

L'échange a son histoire à lui. Il a passé par différentes phases.

Il fut un temps, comme au moyen-âge, où l'on n'échangeait que le superflu, l'excédent de la production sur la consommation.

Il fut encore un temps où non seulement le superflu, mais tous les produits, toute l'existence industrielle était passée dans le commerce, où la production tout entière dépendait de l'échange. Comment expliquer cette deuxième phase de l'échange - la valeur vénale à sa deuxième puissance ?

M. Proudhon aurait une réponse toute prête : mettez qu'un homme ait “ proposé à d'autres hommes, ses collaborateurs dans des fonctions diverses ”, d'élever la valeur vénale à sa deuxième puissance.

Vint enfin un temps où tout ce que les hommes avaient regardé comme inaliénable devint objet d'échange, de trafic et pouvait s'aliéner. C'est le temps où les choses mêmes qui jusqu'alors étaient communiquées, mais jamais échangées; données mais jamais vendues; acquises, mais jamais achetées - vertu, amour, opinion, science, conscience, etc., - où tout enfin passa dans le commerce. C'est le temps de la corruption générale, de la vénalité universelle, ou, pour parler en termes d'économie politique, le temps où toute chose, morale ou physique, étant devenue valeur vénale, est portée au marché pour être appréciée à sa plus juste valeur.

Comment expliquer encore cette nouvelle et dernière phase de l'échange - la valeur vénale à sa troisième puissance ?

M. Proudhon aurait une réponse toute prête : Mettez qu'une personne ait “ proposé à d'autres personnes, ses collaborateurs dans des fonctions diverses ”, de faire de la vertu, de l'amour, etc., une valeur vénale, d'élever la valeur d'échange à sa troisième et dernière puissance.

On le voit, la “ méthode historique et descriptive ” de M. Proudhon est bonne à tout, elle répond à tout, elle explique tout. S'agit-il surtout d'expliquer historiquement la “ génération d'une idée économique ”, il suppose un homme qui propose à d'autres hommes, ses collaborateurs dans des fonctions diverses, d'accomplir cet acte de génération, et tout est dit.

Désormais, nous acceptons la “ génération ” de la valeur d'échange comme un acte accompli; il ne reste maintenant qu'à exposer le rapport de la valeur d'échange à la valeur d'utilité. Écoutons M. Proudhon.

Les économistes ont très bien fait ressortir le double caractère de la valeur; mais ce qu'ils n'ont pas rendu avec la même netteté, c'est sa nature contradictoire; ici commence notre critique... C'est peu d'avoir signalé dans la valeur utile et dans la valeur échangeable cet étonnant contraste, où les économistes sont accoutumés à ne voir rien que de très simple : il faut montrer que cette prétendue simplicité cache un mystère profond que notre devoir est de pénétrer... En termes techniques, la valeur utile et la valeur échangeable sont en raison inverse l’une de l'autre.
Si nous avons bien saisi la pensée de M. Proudhon, voici les quatre points qu'il se propose d'établir :
1. La valeur utile et la valeur échangeable forment un “ contraste étonnant ”, se font opposition;
2. La valeur utile et la valeur échangeable sont en raison inverse l'une de l'autre, en contradiction;
3. Les économistes n'ont ni vu ni connu l'opposition ni la contradiction;
4. La critique de M. Proudhon commence par la fin.

Nous aussi nous commencerons par la fin, et pour disculper les économistes des accusations de M. Proudhon, nous laisserons parler deux économistes assez importants.

Sismondi :

C'est l'opposition entre la valeur usuelle et la valeur échangeable à laquelle le commerce a réduit toute chose, etc. [3].
Lauderdale :

En général, la richesse nationale (la valeur utile) diminue à proportion que les fortunes individuelles s'accroissent par l'augmentation de la valeur vénale; et à mesure que celles-ci se réduisent par la diminution de cette valeur, la première augmente généralement [4].
Sismondi a fondé sur l'opposition entre la valeur usuelle et la valeur échangeable, sa principale doctrine, d'après laquelle la diminution du revenu est proportionnelle à l'accroissement de la production.

Lauderdale a fondé son système sur la raison inverse des deux espèces de valeur et sa doctrine était même tellement populaire du temps de Ricardo, que celui-ci pouvait en parler comme d'une chose généralement connue.

C'est en confondant les idées de la valeur vénale et des richesses (valeur utile) qu'on a prétendu qu'en diminuant la quantité des choses nécessaires, utiles ou agréables à la vie, on pouvait augmenter les richesses [5].
Nous venons de voir que les économistes, avant M. Proudhon, ont “ signalé ” le mystère profond d'opposition et de contradiction. Voyons maintenant comment M. Proudhon explique à son tour ce mystère après les économistes.

La valeur échangeable d'un produit baisse à mesure que l'offre va croissant, la demande restant la même; en d'autres termes : plus un produit est abondant relativement à la demande, plus sa valeur échangeable ou son prix est bas. Vice-versa : plus l'offre est faible relativement à la demande, plus la valeur échangeable ou le prix du produit offert hausse; en d'autres termes, plus il y a rareté des produits offerts relativement à la demande, plus il y a cherté. La valeur d'échange d'un produit dépend de son abondance ou de sa rareté, mais toujours par rapport à la demande. Supposez un produit plus que rare, unique dans son genre, je le veux bien : ce produit unique sera plus qu'abondant, il sera superflu, s'il n'est pas demandé. En revanche, supposez un produit multiplié à millions : il sera toujours rare, s'il ne suffit pas à la demande, c'est-à-dire s'il est trop demandé.

Ce sont là de ces vérités, nous dirons presque banales, et qu'il a fallu cependant reproduire ici pour faire comprendre les mystères de M. Proudhon.

Tellement qu'en suivant le principe jusqu'aux dernières conséquences on arriverait à conclure, le plus logiquement du monde, que les choses dont l'usage est nécessaire et la quantité infinie, doivent être pour rien, et celles dont l'utilité est nulle et la rareté extrême, d'un prix inestimable. Pour comble d'embarras, la pratique n'admet point ces extrêmes : d'un côté, aucun produit humain ne saurait jamais atteindre l'infini en grandeur; de l'autre, les choses les plus rares ont besoin à un degré quelconque d'être utiles, Sans quoi elles ne seraient susceptibles d'aucune valeur. La valeur utile et la valeur échangeable restent donc fatalement enchaînées l'une à l'autre, bien que par leur nature elles tendent continuellement à s'exclure [6].
Qu'est-ce qui met le comble à l'embarras de M. Proudhon ? C'est qu'il a tout simplement oublié la demande, et qu'une chose ne saurait être rare ou abondante qu'autant qu'elle est demandée. Une fois la demande mise de côté, il assimile la valeur échangeable à la rareté et la valeur utile à l'abondance. Effectivement, en disant que les choses “ dont l'utilité est nulle et la rareté extrême ” sont “ d'un prix inestimable ”, il dit tout simplement que la valeur en échange n'est que la rareté. “ Rareté extrême et utilité nulle ”, c'est la rareté pure. “ Prix inestimable ”, c'est le maximum de la valeur échangeable, c'est la valeur échangeable toute pure. Ces deux termes, il les met en équation. Donc, valeur échangeable et rareté sont des termes équivalents. En arrivant à ces prétendues “ conséquences extrêmes ”, M. Proudhon se trouve en effet avoir poussé à l'extrême, non, pas les choses, mais les termes qui les expriment, et en cela il fait preuve de rhétorique bien plus que de logique. Il retrouve ses hypothèses premières dans toute leur nudité, quand il croit avoir trouvé de nouvelles conséquences. Grâce au même procédé, il réussit à identifier la valeur utile avec l'abondance pure.

Après avoir mis en équation la valeur échangeable et la rareté, la valeur utile et l'abondance, M. Proudhon est tout étonné de ne trouver ni la valeur utile dans la rareté et la valeur échangeable, ni la valeur échangeable dans l'abondance et la valeur utile; et en voyant que la pratique n'admet point ces extrêmes il ne peut plus faire autrement que de croire au mystère. Il y a pour lui prix inestimable, parce qu'il n'y a pas d'acheteurs, et il n'en trouvera jamais, tant qu'il fait abstraction de, la demande.

D'un autre côté, l'abondance de M. Proudhon semble être quelque chose de spontané. Il oublie tout à fait qu'il y a des gens qui la produisent, et qu'il est de l'intérêt de ceux-ci de ne jamais perdre de vue la demande. Sinon, comment M. Proudhon aurait-il pu dire que les choses qui sont très utiles doivent être à très bas prix ou même ne coûter rien ? Il lui aurait fallu conclure, au contraire, qu'il faut restreindre l'abondance, la production des choses très utiles, si l'on veut en élever le prix, la valeur d'échange.

Les anciens vignerons de France, en sollicitant une loi qui interdisait la plantation de nouvelles vignes; les Hollandais, en brûlant les épices de l'Asie, en déracinant les girofliers dans les Moluques, voulaient tout simplement réduire l'abondance pour élever la valeur d'échange. Tout le moyen-âge, en limitant par des lois le nombre des compagnons qu'un seul maître pouvait occuper, en limitant le nombre des instruments qu'il pouvait employer, agissait d'après ce même principe. (Voir Anderson : Histoire du commerce.)

Après avoir représenté l'abondance comme la valeur utile, et la rareté comme la valeur échangeable, - rien de plus facile que de démontrer que l'abondance et la rareté sont en raison inverse - M. Proudhon identifie la valeur utile à l'offre et la valeur échangeable à la demande. Pour rendre l'antithèse encore plus tranchée, il fait une substitution de termes en mettant “ valeur d'opinion ” à la place de valeur échangeable. Voilà donc que la lutte a changé de terrain, et nous avons d'un côté l'utilité (la valeur en usage, l'offre), de l'autre l'opinion (la valeur échangeable, la demande).

Ces deux puissances opposées l'une à l'autre, qui les conciliera ? Comment faire pour les mettre d'accord ? Pourrait-on seulement établir entre elles un point de comparaison ?

Certes, s'écrie M. Proudhon, il y en a un; c'est l'arbitraire. Le prix qui résultera de cette lutte entre l'offre et la demande, entre l'utilité et l'opinion, ne sera pas l'expression de la justice éternelle.
M. Proudhon continue à développer cette antithèse :

En ma qualité d'acheteur libre, je suis juge de mon besoin, juge de la convenance de l'objet, du prix que je veux y mettre. D'autre part, en votre qualité de producteur libre, vous êtes maître des moyens d'exécution, et, en conséquence, vous avez la faculté de réduire vos frais [7].
Et comme la demande ou la valeur en échange est identique avec l'opinion, M. Proudhon est amené à dire :

Il est prouvé que c'est le libre arbitre de l'homme qui donne lieu à l'opposition entre la valeur utile et la valeur en échange. Comment résoudre cette opposition tant que subsistera le libre arbitre ? Et comment sacrifier celui-ci, à moins de sacrifier l'homme [8] ?
Ainsi, il n'y a pas de résultat possible. Il y a une lutte entre deux puissances pour ainsi dire incommensurables, entre l'utile et l'opinion, entre l'acheteur libre et le producteur libre.

Voyons les choses d'un peu plus près.

L'offre ne représente pas exclusivement l'utilité, la demande ne représente pas exclusivement l'opinion. Celui qui demande n'offre-t-il pas aussi un produit quelconque ou le signe représentatif de tous les produits, l'argent, et en offrant ne représente-t-il pas, d'après M. Proudhon, l'utilité ou la valeur en usage ?

D'un autre côté, celui qui offre ne demande-t-il pas aussi un produit quelconque ou le signe représentatif de tous les produits, de l'argent ? Et ne devient-il pas ainsi le représentant de l'opinion, de la valeur d'opinion ou de la valeur en échange ?

La demande est en même temps une offre, l'offre est en même temps une demande. Ainsi l'antithèse de M. Proudhon, en identifiant simplement l'offre et la demande, l'une à l'utilité, l'autre à l'opinion, ne repose que sur une abstraction futile.

Ce que M. Proudhon appelle valeur utile, d'autres économistes l'appellent avec autant de raison valeur d'opinion. Nous ne citerons que Storch [9].

Selon lui, on appelle besoins les choses dont nous sentons le besoin; on appelle valeurs les choses auxquelles nous attribuons de la valeur. La plupart des choses ont seulement de la valeur parce qu'elles satisfont aux besoins engendrés par l'opinion. L'opinion sur nos besoins peut changer, donc l'utilité des choses, qui n'exprime qu'un rapport de ces choses à nos besoins, peut changer aussi. Les besoins naturels eux-mêmes changent continuellement. Quelle variété n'y a-t-il pas, en effet, dans les objets qui servent de nourriture principale chez les différents peuples !

La lutte ne s'établit pas entre l'utilité et l'opinion : elle s'établit entre la valeur vénale que demande l'offreur, et la valeur vénale qu'offre le demandeur. La valeur échangeable du produit est chaque fois la résultante de ces appréciations contradictoires.

En dernière analyse, l'offre et la demande mettent en présence la production et la consommation, mais la production et la consommation fondées sur les échanges individuels.

Le produit qu'on offre n'est pas l'utile en lui-même. C'est le consommateur qui en constate l'utilité. Et lors même qu'on lui reconnaît la qualité d'être utile, il n'est pas exclusivement l'utile. Dans le cours de la production il a été échangé contre tous les frais de production, tels que les matières premières, les salaires des ouvriers, etc., toutes choses qui sont valeurs vénales. Donc le produit représente, aux yeux du producteur, une somme de valeurs vénales. Ce qu'il offre, ce n'est pas seulement un objet utile, mais encore et surtout une valeur vénale.

Quant à la demande, elle ne sera effective qu'à la condition d'avoir à sa disposition des moyens d'échange. Ces moyens eux-mêmes sont des produits, des valeurs vénales.

Dans l'offre et la demande nous trouvons donc d'un côté un produit qui a coûté des valeurs vénales, et le besoin de vendre; de l'autre, des moyens qui ont coûté des valeurs vénales, et le désir d'acheter.

M. Proudhon oppose l'acheteur libre au producteur libre. Il donne à l'un et à l'autre des qualités purement métaphysiques. C'est ce qui lui fait dire :

Il est prouvé que c'est le libre arbitre de l'homme qui donne lieu à l'opposition entre la valeur utile et la valeur en échange.
Le producteur, du moment qu'il a produit dans une société fondée sur la division du travail et sur les échanges, et c'est là l'hypothèse de M. Proudhon, est forcé de vendre. M. Proudhon fait le producteur maître des moyens de production; mais il conviendra avec nous que ce n'est pas du libre arbitre que dépendent ses moyens de production. Il y a plus; ces moyens de production sont en grande partie des produits qui lui viennent du dehors, et dans la production moderne il n'est pas même libre de produire la quantité qu'il veut. Le degré actuel du développement des forces productives l'oblige de produire sur telle ou telle échelle.

Le consommateur n'est pas plus libre que le producteur. Son opinion repose sur ses moyens et ses besoins. Les uns et les autres sont déterminés par sa situation sociale, laquelle dépend elle-même de l'organisation sociale tout entière. Oui, l'ouvrier qui achète des pommes de terre, et la femme entretenue qui achète des dentelles, suivent l'un et l'autre leur opinion respective. Mais la diversité de leurs opinions s'explique par la différence de la position qu'ils occupent dans le monde, laquelle est le produit de l'organisation sociale.

Le système des besoins tout entier est-il fondé sur l'opinion ou sur toute l'organisation de la production ? Le plus souvent les besoins naissent directement de la production, ou d'un état de choses basé sur la production. Le commerce de l'univers roule presque entier sur des besoins, non de la consommation individuelle, mais de la production. Ainsi, pour choisir un autre exemple, le besoin que l'on a des notaires ne suppose-t-il pas un droit civil donné, qui n'est qu'une expression d'un certain développement de la propriété, c'est-à-dire de la production ?

Il ne suffit pas à M. Proudhon d'avoir éliminé du rapport de l'offre et de la demande les éléments dont nous venons de parler. Il pousse l'abstraction aux dernières limites, en fondant tous les producteurs en un seul producteur, tous les consommateurs en un seul consommateur, et en établissant la lutte entre ces deux personnages chimériques. Mais dans le monde réel les choses se passent autrement. La concurrence entre ceux qui offrent et la concurrence entre ceux qui demandent, forment un élément nécessaire de la lutte entre les acheteurs et les vendeurs, d'où résulte la valeur vénale.

Après avoir éliminé les frais de production et la concurrence, M. Proudhon peut tout à son aise, réduire à l'absurde la formule de l'offre et de la demande.

L'offre et la demande, dit-il, ne sont autre chose que deux formes cérémonielles servant à mettre en présence la valeur d'utilité et la valeur d'échange, et à provoquer leur conciliation. Ce sont les pôles électriques dont la mise en rapport doit produite le phénomène d'affinité appelé échange [10].
Autant vaut dire que l'échange n'est qu'une “ forme cérémonielle ”, pour mettre en présence le consommateur et l'objet de la consommation. Autant vaut dire que tous les rapports économiques sont des “ formes cérémonielles ”, pour servir d'intermédiaire à la consommation immédiate. L'offre et la demande sont des rapports d'une production donnée, ni plus ni moins que les échanges individuels.

Ainsi, toute la dialectique de M. Proudhon en quoi consiste-t-elle ? A substituer à la valeur utile et à la valeur échangeable, à l'offre et à la demande, des notions abstraites et contradictoires, telles que la rareté et l'abondance, l'utile et l'opinion, un producteur ci un consommateur, tous les deux chevaliers du libre-arbitre.

Et à quoi voulait-il en venir ?

A se ménager le moyen d'introduire plus tard un des éléments qu'il avait écartés, les frais de production, comme la synthèse entre la valeur utile et la valeur échangeable. C'est ainsi qu'à ses yeux les frais de production constituent la valeur synthétique ou la valeur constituée.

[1] Proudhon: système des contradictions, ou philosophie de la misère, tome I, chap. II.
[2] Proudhon: Ouvrage cité, prologue p. 1.
[3] Sismondi : Études, tome II, page 162, édition de Bruxelles.
[4] Lauderdale: Recherches sur la nature et l'origine de la richesse publique; traduit par Largentie de Lavaisse. Paris, 1808.
[5] Ricardo : Principes d'économie politique, traduits par Constancio, annotés par J.-B. Say, Paris, 1835; tome II, chapitre “ Sur la valeur et les richesses ”.
[6] Proudhon: Ouvrage cité, tome I. p. 39.
[7] Proudhon: Ouvrage cité, tome I, p. 41.
[8] Idem, p. 41.
[9] Cours d'économie politique, Paris. 1823, pp. 88 et 99.
[10] Proudhon : Ouvrage cité, tome. I. pp. 19-50.


 
 
Next chapter